top of page
Rechercher

La magie de l'enfant en soi...

Voici le temps où l'on pose ses objectifs pour l'année. Certains le font à la nouvelle lune, accompagné parfois d'une cérémonie, d'autres ont des habitudes plus simples et font juste une liste, la plient et l'oublient dans un coin pour la ressortir à la fin de l'année. Le plus souvent, ce qui était sur la liste s'est réalisé, mais parfois, ce qui était le plus important pour nous, ne s'est toujours pas manifesté dans notre vie. Pourquoi ?


Eh bien, surtout si c'est quelque chose d'important pour nous, nous avons souvent un sentiment d'impuissance qui nous pousse à demander, alors, nous demandons à une force extérieure de nous aider, que ce soit l'univers, Dieu, ou quelque chose en quoi nous croyons. Mais en même temps que nous demandons à cette force de le faire pour nous ou de nous aider, nous avons une idée de comment cela devrait arriver, comment cela devrait se faire, et inconsciemment, nous essayons de contrôler le processus.


C'est comme demander à un peintre de nous peindre un tableau, puis, de lui dire quelles couleurs il faut mettre ici ou là, et comment on veut que le tableau soit peint, etc. Si le peintre qui connait bien son travail, finit par céder à nos demandes incessantes, nous finirons pas avoir un tableau avec ce que nous avons voulu, mais une fois accroché dans notre salon, nous voyons que les couleurs ne vont pas du tout avec l'ensemble et que le tableau est loin d'avoir l'harmonie et la beauté que nous avions espérées. Qu'est-ce qui a manqué ?


Je dirais que c'est la confiance, le lâcher-prise ! Lorsque nous demandons à une force extérieure, très souvent, nous voulons contrôler en même temps. Nous voulons faire confiance mais en même temps, nous n'avons pas vraiment confiance, alors, nous voulons contrôler, pour être sûr(e) que ce sera fait, et bien fait... Cela vous parle ?


Bien, l'important est de ne pas se juger. Lorsque nous entrons dans le contrôle, ce sont nos programmes de survie qui se sont activés. Ce sont toujours des peurs très profondes et tout le monde les subit, plus ou moins. Alors comment faire ?


Si vous avez eu la chance de vivre l'innocence de l'enfant, vous allez savoir de quoi je parle. Pensez à l'enfant que vous étiez, je parle de l'enfant qui voit le monde comme d'infinies possibilités, l'enfant qui pense que tout est possible, l'enfant qui ne fait pas la différence entre ses souhaits, ses rêves et ce qu'il vit, l'enfant avant qu'il soit bardé de limitations et d'interdits. Si vous ne pouvez pas vous relier à cela, utilisez votre imagination pour savoir ce que l'on peut ressentir lorsque l'on rêve de quelque chose sans se soucier de savoir si on va l'avoir ou pas, juste ressentir ce sentiment de plaisir, de joie à voir, à imaginer ce que l'on souhaite si fort, son rêve, comme s'il était déjà là, se délecter de la vision et du sentiment qu'elle procure. Et si c'était cela la clé ?


Et si la clé, c'était tout simplement d'arrêter d'attendre que cela arrive et de se savourer la vision et le ressenti, le plaisir profond, la détente, la joie qu'elle procure, rien de plus. Et si cette prière d'aide, parfois de miracle, que l'on fait à l'univers ou à Dieu ou à quoi que ce soit, lorsque l'on écrit ses souhaits, était tout simplement déjà faite au moment où l'on vit notre vision, notre rêve. Nous le voyons seulement comme un rêve, mais laissez-moi vous dire que j'ai manifesté plus d'une vision de cette manière là et que vous êtes sûrement nombreux à l'avoir fait. Pensez à toutes les fois où vous avez souhaité un voyage impossible, une rencontre impossible, la venue de quelqu'un ou quelque chose qui vous paraissait impossible. Vous y avez pensé, vous l'avez imaginé, vous avez ressenti du plaisir, et sans même le demander, c'est venu à vous !


Cela vient à nous lorsque nous lâchons prise, et nous lâchons prise lorsqu'il n'y a pas d'enjeu de survie. Alors, je vous demande ceci : est-ce que vous y arrivez mieux en contrôlant ? Je ne pense pas sinon, vous ne demanderiez pas de l'aide à l'univers ou à Dieu. Eh bien, si vous n'y arrivez pas en contrôlant, je vous suggère ceci : lâchez tout ! Et puisque vous ne pouvez rien faire, retrouvez la magie de l'enfant qui sait que tout est possible et qu'il suffit juste de rêver.


Devenez consciemment le rêveur qui sait rêver de belles choses pour lui-même. Dès que vous rêvez en conscience, et que vous lâchez complètement le désir d'avoir ou de faire, alors, vos rêves les plus extraordinaires peuvent enfin se manifester dans votre vie.


Vous ne risquez à rien à essayer, vous ne pouvez que vous amuser et recevoir...


Chantal





2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page