top of page
Rechercher

Reconnaitre l'apathie



Est-ce qu'il vous arrive de dire ou d'entendre : "De toute façon, on y peut rien" ou "Que veux-tu, c'est comme ça, on ne peut rien y faire" ? ou alors, "Bof, je laisse faire, ça m'est égal" ? Eh bien, ce qui parait ressembler à de l'indifférence est plutôt de la résignation, du découragement, un sentiment d'impuissance, révélateur de l'état apathique.


Voyons maintenant où se situe cet état apathique. Eh bien, si nous reprenons l'échelle des émotions de Lester Levenson, nous fluctuons dans ce qu'il appelle l'AGFLAP, entre six émotions majeures qui sont, de la vibration la plus basse à la plus élevée : l'apathie, le chagrin, la peur, l'envie, la colère et l'orgueil (Apathy, Grief, Fear, Lust Anger, Pride).


L'apathie est donc l'émotion, le sentiment à la vibration la plus basse. L'état apathique prend beaucoup d'énergie, pouvant nous laisser avec seulement 5% de notre énergie. Qu'est-ce qui se passe lorsque l'on est en état apathique ?


Eh bien, lorsque Lester Levenson parle des trois consciences de l'humanité : l'avoir, le faire et l'être, la conscience d'avoir correspond à la conscience d'esclavage dans laquelle se trouve 95% de l'humanité. Elle est liée aux émotions d'apathie, de peur et de chagrin, l'apathie étant l'émotion la plus basse, la plus lourde, celle où l'on remet son pouvoir aux autres. Cela veut dire qu'il n'y a plus d'espoir, plus de volonté, on ressent du découragement, de l'impuissance, on pense que personne ne peut nous aider, que quoi que l'on fasse, cela ne sert à rien, on est résigné, on renonce, on laisse les autres décider à notre place pour se protéger de la souffrance, on survit. Vous trouvez cela extrême ? Ecoutez le nombre de fois dans une journée où vous entendez et où vous dites : "C'est comme ça", "Le monde est ainsi fait, il faut l'accepter", "on y peut rien", "Tant que le gouvernement..., on ne peut rien faire", "L'argent mène le monde, qu'est-ce qu'on peut faire ? Rien", etc. Autant de pensées qui montrent que l'on a renoncé.


Peut-on aller plus bas ? Hélas oui, c'est lorsque l'apathie est totale et que l'on a complètement remis son pouvoir que l'on trouve les maladies dites mentales où la personne perd totalement le contrôle de ses émotions et de sa vie.


Sans aller jusque là, nous fluctuons dans cet AGFLAP. Nous pouvons être dans un état émotionnel plutôt haut, quelqu'un nous dit quelque chose et c'est comme si cette personne appuyait sur le bouton d'un ascenseur et nous redescendons directement en apathie comme si nous étions tombés au fond d'un puits. Ce qui se passe alors, c'est que ce sentiment est toujours motivé par un sentiment de perte de sécurité, de contrôle, ou d'approbation venant de notre subconscient profond, de notre "ego", le personnage auquel nous nous identifions, et ce sentiment devient plus fort que notre volonté.


Alors, comment sortir de l'état apathique ? La première chose, comme pour toute émotion, c'est de reconnaitre le sentiment, l'état d'apathie. Une fois que vous le reconnaissez, vous pouvez agir. Ensuite, c'est bien-sûr, d'aller voir ce qui motive ce sentiment d'apathie : est-ce que c'est une peur ? une résistance ? un manque de contrôle ? de sécurité ? d'approbation ? Une fois que vous avez identifié le manque, alors, vous pouvez commencer à reprendre le contrôle, votre pouvoir. Comment ? En le décidant ! Décidez que vous n'êtes pas ce personnage figé dans ses peurs et son apathie, décidez de laisser partir ce qui motive ce sentiment et remplissez-vous, nourrissez-vous d'approbation, de maîtrise, de sécurité, laissez-le s'expanser, ressentez ce sentiment merveilleux d'être l'Être magnifique, grand et glorieux que vous êtes réellement !

Avec Amour et gratitude


Envie d'essayer ? Rejoignez les ateliers-séminaires "Le Pouvoir en Soi" https://www.tout-droit-vers-soi.com/seminaires-et-retraites/le-pouvoir-en-soi




11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page